Cérémonie de signature du Cadre de coopération stratégique révisé et prolongé 2019-2021

Le cadre de coopération stratégique révisé est le document de référence de la coopération Algérie-Nations Unies pour la période 2019-2021.

Excellence Ambassadeur Lazhar Soualem, Directeur Général des Relations Multilatérales du Ministère des Affaires étrangères,

Mesdames, Messieurs, les représentants des Ministères sectoriels, membres des groupes résultats,

Collègues du système des Nations Unies en Algérie, 

Bonjour,

Je me réjouis ainsi que mes collègues représentants des différentes agences du système des Nations Unies en Algérie de partager avec vous cette cérémonie de signature de notre Cadre de coopération stratégique révisé et prolongé jusqu’en 2021. Ce cadre est le document de référence de la coopération Algérie-Nations Unies.

Tout d’abord, je tiens à remercier SEM Directeur général de la direction des Relations Multilatérales et son équipe pour le travail de coordination, de la revue à mi-parcours et de la réunion des groupes résultats mixtes, qui nous a permis d’élaborer cette version révisée du CdCS avec une extension jusqu’en 2021. Un travail mené en concertation avec les différents secteurs que je remercie pour leur entière implication dans la mise en œuvre du cadre de coopération. La signature de ce cadre révisé couronne les travaux du Comité exécutif du 13 novembre dernier.

Cette révision du CdCS intervient au moment où tous l’Organisation des Nations Unies et ses Etat membres sont pleinement engagés dans la mise en œuvre de la résolution 72/279 (31 mai 2018), portant Repositionnement du système des Nations Unies pour le développement dans le cadre de l’examen quadriennal complet des activités opérationnelles de développement du système des Nations Unies. Cette réforme est axée sur :

Nouvelle génération d’équipes de pays des Nations Unies : des équipes guidées dans leur approche par les besoins de chaque pays, adossées aux plans-cadres des Nations Unies pour l’aide au développement et définies à l’issue d’un débat ouvert et inclusif entre le gouvernement hôte et le système des Nations Unies pour le développement, facilité par le coordonnateur résident. Une identité collective des équipes pays.

Redynamisation du rôle du système des coordonnateurs résidents : en confiant au système de développement un mandat de coordination spécial, indépendant, impartial, autonome et axé sur le développement durable en dissociant les fonctions de coordonnateur résident de celles de représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement ;

Réaménagement de l’approche régionale : Réaffirme la vocation et les fonctions assignées au système de développement au niveau régional, y compris les commissions économiques régionales et les équipes régionales de développement, et la nécessité de continuer de les adapter à la réalisation du Programme 2030 ;

Orientation stratégique, supervision et responsabilité : obtenir des résultats à l’échelle du système : amélioration de la manière de suivre les résultats obtenus à l’échelle du système et d’en rendre compte ;

Financement du système des Nations Unies pour le développement : à travers un pacte de financement, qui permet aux États Membres d’optimiser leurs investissements dans le système de développement et qui assure une transparence qui permet de rendre pleinement compte de son action et de ses résultats.

Suivi de l’action menée pour repositionner le système de développement aux niveaux mondial, régional et national : Le Secrétaire général rend compte au Conseil économique et social de l’exécution des mandats résultant de la réforme.

Mesdames et Messieurs,

Notre cadre de coopération révisé, qui garde ses cinq effets à savoir la diversification économique ; l’accès accru, inclusif et équitable aux services sociaux ; la promotion de la condition des femmes, la préservation de l’environnement et des écosystèmes et enfin la bonne gouvernance, est aujourd’hui plus aligné avec les 17 Objectifs du développement durable. L’identification des domaines d’intervention et l’introduction d’indicateurs nous permettront de mieux mesurer des résultats attribuables au CdCS dont l’objectif principal est d’accompagner l’Algérie dans ses efforts de développement.

Cette nouvelle approche plus ciblée et coordonnée de notre coopération, notamment à travers une équipe pays renforcée par deux nouvelles agences UNODC et OMPI, nous permet de mieux travailler ensemble pour l’atteinte des ODD et de l’Agenda 2030.

 

Pour finir, je tiens à souligner l’excellente coopération que nous avons toujours eu avec le Ministère des Affaires étrangères et tous les secteurs. Une coopération que j’espère encore plus fructueuse avec la mise en œuvre de ce cadre.

Merci

 

Discours de
Author
Mr. Eric Overvest
Coordonnateur résident
ONU
Mr. Eric Overvest
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
FAO
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
OIT
Organisation internationale du travail
UIT
Union internationale des télécommunications
ONU Femmes
Entité des Nations unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
ONU-HABITAT
Programme des Nations unies pour les établissements humains
ONU
Nations Unies
ONUSIDA
Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA
PNUD
Programme des Nations unies pour le développement
UNDSS
Département de la sûreté et de la sécurite
UNESCO
Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture
UNFPA
Fonds des Nations unies pour la population
UNICEF
Fonds des Nations unies pour l'enfance
UNICRI
L'Institut interrégional de recherche des Nations unies sur la criminalité et la justice
ONUDI
Organisation des Nations unies pour le développement industriel
UNITAR
Institut des Nations unies pour la formation et la recherche
UNODC
Office des Nations unies contre la drogue et le crime
OMS
Organisation mondiale de la santé
OMPI
Organisation mondiale de la propriété intellectuelle